Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Tutelles

logo Inserm      logo cnrslogo ENSL       logo ucb1

Vous êtes ici : Accueil / Équipes / Henry T - I2BA / Projets / Facteurs de virulence et immunité cytosolique

Facteurs de virulence et immunité cytosolique

L'un des meilleurs moyens d'apprendre la biologie cellulaire et l'immunologie est d'étudier comment les agents pathogènes détournent les processus des cellules hôtes ou développent des facteurs de virulence et des stratégies pour inhiber ou éviter la reconnaissance par le système immunitaire.

La capacité de Francisella tularensis à provoquer une maladie est liée à sa capacité à se répliquer dans le cytoplasme de la cellule hôte. Cette réplication nécessite l'intégrité d'une région du chromosome de Francisella appelée "Francisella-pathogenicity Island", qui code pour un système de sécrétion de type VI (T6SS) atypique.  La nature et les fonctions moléculaires des effecteurs sécrétés par ce système de sécrétion de type VI sont largement inconnues. Nous avons caractérisé une des protéines du T6SS de Francisella, IglG, et démontré qu'elle se comporte comme une protéine PAAR-like. Les protéines de type PAAR et PAAR-like sont les protéines de pointe du T6SS qui peuvent agir comme cargo pour transloquer les effecteurs dans les cellules cibles. Nous avons également caractérisé IglF comme une protéine interagissant avec cette protéine IglG de type PAAR, bien qu'il reste à déterminer si IglF est ou non un effecteur ! Plus d'informations dans Rigard et al. Plos Pathogens 2016

 

Nous cherchons à identifier les effecteurs et à déterminer leur fonction moléculaire en développant plusieurs approches allant de la biologie structurale à des approches double hybride chez la levure. Ces projets devraient permettre de comprendre comment la bactérie détourne la machinerie moléculaire de l'hôte pour se répliquer dans le cytosol et d'identifier de nouvelles cibles thérapeutiques.


En plus du T6SS, nous avons un intérêt particulier à comprendre comment Francisella passe largement inaperçue chez l'hôte. Cela nous a conduit dans le passé à étudier son lipopolysaccharide atypique en relation avec les caspases inflammatoires chez la souris et l'homme. Lagrange et al. Nat Com. 2018