Skip to content. | Skip to navigation

Personal tools

Sections

Tutelles

logo Inserm      logo cnrslogo ENSL       logo ucb1

You are here: Home / Teams / Vocanson M - IEA / Projets

Projets

Notre programme de recherche porte sur l'immunité de l’épiderme.

Nos travaux récents ont mis en lumière le rôle majeur joué par les lymphocytes T résidents mémoires (LTrm) de l’épiderme dans la chronicité et la sévérité de l'allergie cutanée, supportant le concept selon lequel l'épithélium orchestre l'immunité cutanée. Nos projets se concentrent donc sur les mécanismes par lesquels les molécules de l’environnement (allergènes mais également les irritants, les polluants ou encore la flore cutanée) activent l’immunité innée de l’épiderme, initiant ou amplifiant le processus allergique à travers l’activation ou la régulation des LTrm. L’objectif final, en lien avec la stratégie de développement de recherche de l’INSERM, est de développer de nouvelles approches de médecine personnalisée ciblant les LTrm : diagnostiques (biomarqueurs de chronicité et de sévérité) et thérapeutiques parmi lesquelles l’immunothérapie par anticorps monoclonaux ou petites molécules, l’immunothérapie spécifique allergénique ou encore la bactériothérapie.

Notre programme de recherche se décompose en 4 projets principaux (Figure 4).

Figure 4 : Projets de l’équipe

Projet 1 : Positionner les LTrm cutanés spécifiques des allergènes au carrefour entre l'immunopathologie et l'immunoprotection.

Le phénotype et les fonctions des LTrm présents dans les lésions d’eczéma de contact étant aujourd’hui bien caractérisés, nous explorons actuellement la nature et la contribution des Trm cutanés dans l’exacerbation des réactions d’eczéma atopique, ainsi que dans l'allergie médicamenteuse (Collaboration G.Lina/F.Vandenesh, équipe CIRI « Pathogénie des Staphylocoques »). Nous cherchons également à comprendre si, dans ces maladies, ces cellules sont uniquement pathogéniques ou si, au contraire, elles protègent parfois l’organisme de conséquences plus néfastes.

Projet 2 : Déchiffrer les mécanismes régissant la régulation / réactivation / persistance à long terme des LTrm.

Nos données récentes ont montré que les récepteurs inhibiteurs (PD-1, Tim-3…) exprimés à la surface des LTrm cutané sont cruciaux pour préserver l'intégrité de la peau et éviter le développement d'allergies cutanées chroniques et sévères. Jusqu'à présent, les mécanismes cellulaires et moléculaires qui favorisent l'expression de ces récepteurs inhibiteurs sur les LTrm restent à découvrir. En outre, on ne sait pas comment ce programme  de régulation est contourné pour permettre la réactivation des LTrm et les récidives de l'eczéma. Enfin, on sait très peu de choses sur la persistance à long terme des LTrm spécifiques d’allergène.

Projet 3 : Développer de nouvelles stratégies de ciblage des LTrm.

L'objectif du projet consiste à faire la preuve de concept de stratégies qui peuvent cibler les Trm de la peau, et prévenir/limiter la récurrence et/ou la sévérité de la pathologie cutanée. Nous évaluons actuellement plusieurs stratégies : (i) immunothérapie par anticorps monoclonaux ou petites molécules, (ii) immunothérapie spécifique allergénique, (iii) bactériothérapie, en collaboration avec d’autres équipes du CIRI et différents industriels.

Projet 4 : Diagnostic moléculaire des eczémas à l'ère de la médecine de précision.

Historiquement, le diagnostic d’eczéma repose sur les tests cutanés, qui consistent à reproduire les lésions chez des patients sensibilisés en appliquant sur la peau saine du patient des patchs occlusifs contenant une batterie d'allergènes présumés. Les tests cutanés prennent du temps, sont coûteux et ne sont pas accessibles à tous les patients puisqu'ils ne sont pratiqués que par un nombre limité de centres experts européens. En outre, la méthode peut manquer de sensibilité et de spécificité dans certains cas. Il existe donc aujourd'hui un besoin important de développer de nouveaux outils in vitro qui pourraient permettre un diagnostic plus fiable, plus sensible et plus rapide de la maladie. Basé sur l’identification récente des signatures moléculaires de l’eczéma, ce projet vise à développer un nouveau dispositif médical qui permettra à terme au dermatologue d’identifier rapidement et efficacement les individus présentant des lésions allergiques pertinentes.